Gayet-Bériot et fils

 

Fondée en 1898 par Bernard Gayet et son épouse Caroline Bériot, l'entreprise Gayet-Bériot et fils produisait des bougies pour une clientèle principalement religieuse dans le nord de la France. Le siège de de la société était alors situé Rue Condorcet à Roubaix. 

 

En 1899, la marque Jean-Bart, propriété de Gayet-Bériot et fils, commercialise des crèmes pour les chaussures à base de cire. 

Caroline Bériot décéda en août 1909.

En 1921 la crème Jean Bart « double la durée des chaussures ». La crème pour chaussures reste le produit phare de la maison Jean-Bart qui profite des années folles pour affirmer son image en faisant apparaître une représentation du célèbre corsaire dunkerquois sur ses boîtes.

Mais la société propose d’autres produits aux ménagères économes, dès 1923  avec la crème Jean Bart, on trouve le Brianfix Jean Bart qui nettoie, polit rapidement et donne un « brillant fixe » à tous les métaux,d’où le nom du produit. La pâte à fourneaux dérouille et décrasse et remet vos fours et vos feux à neuf.

Enfin, l’encaustique Gébé garantie à l’essence de térébenthine pure donne un lustre éclatant aux meubles, parquets, linoléums. Le développement de l’automobile ouvre la clientèle pour le Brianfix qui trouve à s’appliquer sur les cuivres autant que sur les chromes.

La société pense à perfectionner son système d’ouverture de boîte avec l’apparition d’un ouvre-boîte gratuit pour l’achat de trois boîtes. Puis ce sera la clé poussoir sur la boîte elle-même.

 

Dans les années 1930, leurs fils Théodore et Jean Gayet font leur apparition dans l'entreprise familiale et en 1934, l'entreprise situé Rue Condorcet à Roubaix déménage au 65 Boulevard de la République, toujours à Roubaix.

En 1936, Bernard et Theodore Gayet, respectivement le père et le fils aîné décéderont et la Seconde Guerre Mondiale marqua une pause dans le développement de l'entreprise familiale.

Après la seconde guerre, le cirage imperméable Jean Bart reprend du service, et tient même un stand à la foire de Lille en 1948. En 1949, la société fête son cinquantenaire. Sa notoriété a largement dépassé le cadre régional.

 

Qu’est ce qui a poussé un cirier angevin d’origine et une commerçante lilloise à choisir comme marque le célèbre corsaire dunkerquois ? Cela reste une énigme également pour la famille.

Pendant ce temps, Jean Gayet, actionnaire de la Société Corde-Gonnet-Gayet, situé à Lyon et spécialisée dans le cirage/teinture, décida de revendre l'ensemble de ces actions avant de décéder.

Michel Gayet, fils de Jean Gayet et petit fils de Bernard Gayet, rentre dans l'entreprise familiale en octobre 1962 accompagné de Jacques Gayet, fils de Theodore Gayet. 

     Gayet - Devred

Le nom et la clientèle ayant été cédé, cette partie ne comportera aucune photo pouvant nous mettre en défaut vis-à-vis de l'actuel détenteur de cette marque.

En 1984, Michel Gayet alors principal dirigeant de la Société Gayet-Bériot et fils décide de s'associer à la manufacture Devred. L'entreprise est ainsi délocalisée Rue Marcel-Hénaux à Marcq-en-Baroeul (59) et quitte pour la première fois sa terre d'origine : Roubaix.

Ce changement de local signe également la fin de la marque Jean-Bart car les solvants nécessaires à la production des outils de cirages sont prohibés en centre-ville. L'entreprise se concentra alors sur le marché du religieux.

« Elle fournissait en cierges tout le diocèse de Lille. Le stock était important, beaucoup de cierges de toutes les tailles et couleurs mais aussi une matière première très inflammable, la paraffine... » selon une interview dans la voix du nord. La société Gayet - Devred située rue Marcel-Hénaux à Marcq-en-Baroeul s'embrasa le 10 mai 2001. Très vite, ce sont les 1500m² de l'établissement qui sont atteints. Elle ne renaîtra finalement jamais de ses cendres.

La société Gayet-Devred a cédé son nom et sa clientèle le 8 février 2002.

     Ciergerie LG

Laurent Gayet occupait le poste d'adjoint de direction au sein de la société Gayet-Devret. Licencié pour motif économique le 8 mars 2001 et après un bref passage dans une entreprise belge et dans une toute autre activité, Laurent Gayet revient à ses origines en créant la Ciergerie LG, dans le garage familial, le 1er septembre 2002 dans le but de produire des bougies et des cierges, notamment pour la clientèle religieuse.

Après de multiples déménagements à Englos (59), à Houplines (59), l'entreprise est aujourd'hui localisé à Tourves (83) et prévoit de déménager une nouvelle fois afin d'ouvrir une boutique devant l'espace de production.

Aujourd'hui, Laurent Gayet est seul dans l'entreprise Ciergerie LG et réalise un Chiffre d'Affaires de 200.000€ en 2018.